Accueil » Le bénévolat » Les postes de secours » Les mauvais souvenirs

Category Archives: Les mauvais souvenirs

Secourisme – Inondations en Vaucluse les jours suivants

Tout a commencé comme raconté dans cet article

Donc nous avions été mis au repos malgré nos protestations en sachant tout ce qui se passait autour de nous, mais notre directrice nous avait dit qu’il fallait savoir se ménager un temps de repos pour être plus efficace plus tard quand les autres seraient fatigués !

Mais tout de même quand j’ai appris le lendemain par une collègue que son mari cuisinier dans un lycée de Carpentras était réquisitionné pour un collège de Bédarrides servant de lieu d’accueil aux sinistrés et bénévoles, et qu’elle irait aussi, j’ai tenu à en faire autant. Nous avons donc averti notre directrice afin d’être joignables au cas où et nous sommes parties à Bédarrides  » la ville aux 7 rivières ».

On en a parlé aussi aux infos le lendemain, voir la vidéo ici

Beaucoup de communes affichent par des plaques les dates d’inondations successives depuis… trop longtemps, exemple celle-ci

inondations mairie bedarrides

Dans ce collège de  Bédarrides, il y avait aussi des militaires venus en renfort et les voir en cuisine, à la plonge, donnait une ambiance un peu plus gaie malgré les évènements.
Aux heures approximatives de repas il arrivait des bénévoles ou des sinistrés, difficile à différencier car ils étaient tous aussi boueux.

Dans les jours qui ont suivi c’est à la salle polyvalente de Sarrians que ma fille, alors âgée de 14 ans, m’a accompagnée pour continuer notre bénévolat auprès des sinistrés. Pour ça elle avait manqué les cours et s’inquiétait de la réaction des profs, mais fut tout à fait rassurée après avoir été félicitée et applaudie par ceux ci à son retour !
Par la suite elle a d’ailleurs suivi les cours de secourisme et fit partie du groupe.

ambulance

Finalement les secouristes furent appelés pour aller distribuer de l’eau potable dans les communes qui en manquaient. Un comble.

Dans les articles suivants je vous parlerais de « mes inondations » comme un militaire parle de « ses campagnes » qu’on aimerait mieux ne jamais avoir connues !

A suivre …